Lorsque l’on achète des objets neufs, ce n’est souvent pas une bonne nouvelle pour la planète. Si on changeait de réflexes ? Participer au Défi “Rien de neuf ?”, c’est aussi s’interroger sur ses véritables besoins. Et comme ce n’est pas toujours facile, retrouvez dans cet article deux méthodes qui vous aideront à repenser vos habitudes d’achat et ainsi vous guiderons vers un mode de consommation plus économique, responsable et écologique.

 

# La Méthode BISOU

Proposée par Marie Lefèvre et Herveline Verbeken dans leur ouvrage J’arrête de surconsommer !, la méthode B.I.S.O.U. vous invite à vous poser des questions simples avant chaque achat.

  • Besoin. A quel besoin cet achat correspond-il ?
    En ai-je réellement besoin ou est-ce une envie du moment, un réconfort ?
  • Immédiat. Dois-je l’acheter immédiatement ?
    Comme le disent les auteures du livre, « L’immédiateté est la meilleure copine de l’achat compulsif ». Pour s’en préserver, s’accorder un temps de réflexion de quelques jours à quelques semaines avant de passer en caisse aidera à valider la pertinence (ou non) de l’achat.
  • Semblable. N’ai-je pas déjà quelque chose de semblable ?
    Est-ce que je ne possède pas déjà un objet qui peut remplir cette même fonction ? Peut-être n’ai-je pas vraiment besoin d’acheter une machine à smoothie si je possède déjà un blender…
  • Origine. Quelle est l’origine de ce produit ?
    Dans quelles conditions travaillent ceux qui ont crée ce produit ? Combien de kilomètres a-t-il parcouru avant d’atterrir en magasin ? Les composants sont-ils inoffensifs pour ma santé ?
  • Utile. Cet objet me sera-t-il vraiment utile ?
    Va-t-il rendre mon quotidien vraiment plus confortable ? Vais-je m’en servir souvent ? Comment est-ce que je faisais pour m’en passer ?

 

# La Méthode de Partager C’est Sympa

Le parcours d’achat n’est pas aussi linéaire qu’on se l’imagine. Il existe de nombreuses options avant la décision d’acheter un objet neuf. Pour n’en oublier aucune, le youtubeur Partager C’est Sympa a créé ce schéma ! À garder sur son portable ou dans sa poche.

 

 

 

Soldes, promotions, obsolescence programmée, techniques de marketing… Tout est fait aujourd’hui pour provoquer l’achat immédiat et compulsif chez le consommateur. Pari gagné pour les industriels puisque, nous vous en parlions ici, un Français possède en moyenne 34 objets qu’il utilise peu voire jamais. Besoin d’une perceuse pour fixer deux étagères ? Vite, en magasin ! Une machine à laver défectueuse ? Vite, en magasin ! À l’ère de la consommation, on ne semble plus s’accorder le temps de la réflexion.
Si cela peut à terme peser lourd sur notre porte-monnaie, l’achat de neuf exerce également une forte pression sur les ressources de la planète. Pour chaque nouvel objet produit, des quantités faramineuses de matières premières, d’énergie et d’eau sont épuisées. Et c’est sans parler de la fin de vie de nos objets. En effet, d’après Envie (leader de l’électroménager rénové et garanti) « près de 20% de l’électroménager mis au rebut en France est réparable ». Pourtant, à l’aide d’un peu d’huile de coude, on pourrait les remettre sur pied et ce à moindre coût.

Alors, inspiré·e ?