— Sondage en bas de l’article —

 

Location, emprunt, mutualisation, ce ne sont pas les alternatives à l’achat qui manquent, et les nombreuses plateformes de mise en relation de particuliers en témoignent. Et si au lieu d’avoir des objets, on ne faisait que les utiliser ?

12 minutes, c’est le temps moyen d’utilisation d’une perceuse dans une vie1. Et que dire du barbecue que l’on a utilisé que quelques soirs l’été dernier ? Ou encore du blender acheté un beau jour de juin en rêvant à de délicieux jus de fruits mais qui n’a servi qu’une ou deux fois ? En moyenne, un Français possède 34 objets2 qu’il n’utilise jamais ou seulement en de rares occasions. En bref, les placards sont remplis d’objets dont l’acquisition n’est souvent rentable ni pour l’acheteur pour ni pour la planète.

En effet, rappelons que la fabrication d’un objet neuf est souvent responsable de dégâts environnementaux : extraction de matières premières, utilisation d’eau, transport intercontinental… (en savoir plus). Ainsi, préférer utiliser un objet plutôt que le posséder, c’est consommer de manière plus juste et plus écologique. A titre d’exemple, si l’on partage à cinq familles la même tondeuse à gazon, on économise quatre fois les ressources naturelles nécessaires à sa fabrication.

Privilégier l’utilisation, c’est aussi recréer du lien social et relocaliser sa consommation. En plus d’être un avantage pour le porte-monnaie, ce mode de consommation alternatif incite à instaurer des systèmes de partage avec ses voisins, ses collègues, etc… Ainsi, les Ecolo Humanistes proposent un kit d’autocollants à mettre sur sa boite aux lettres pour informer ses voisins des objets que l’on peut prêter.Comme le dit Sabine, participante au Défi « Rien de neuf ? » et adepte du Système d’Echange Local : « On y fait de belles rencontres, de beaux échanges, et on se rend plein de services. » : le lien social et la confiance sont au cœur de ces nouveaux usages. 

Et concrètement, comment ça se passe ?

  • Le prêt d’objet : ce n’est pas nouveau mais on peut aussi indiquer à ses voisins ou sur une plateforme que l’on peut prêter un appareil à gaufres via notamment le site Smiile
  • La mutualisation : acheter à plusieurs une tondeuse que l’on utilise à tour de rôle ou rejoindre une coopérative.
  • La location : louer une scie électrique pour la journée pour fabriquer des étagères, par exemple avec Place de la Loc’

Alors c’est le moment de fouiller les placards et de se demander s’il n’y traîne pas quelques objets délaissés que l’on pourrait prêter, échanger, partager…

 

Répondez au sondage en citant un seul des objets que vous avez trouvés et que vous n’utilisez jamais ! Nous en dresserons la liste !

Quel objet dort dans votre placard ?

 

 

Selon les Écolos Humanistes

Moyenne nationale française – We Demain, 12 sept. 2016